Nosgoth : tu ne joueras point

Avec des copains on parle de jouer à Nosgoth, le TPS chasseurs contre vampires. Très alléchant sur le papier et en plus c’est un free-to-play, alors je suis vite convaincu ; c’est parti pour une installation de 6 Go !

Une fois le jeu téléchargé sur Steam, le launcher me force à créer un compte. On peut aussi se connecter avec Facebook et tout, ça facilite les choses… Sauf que derrière il faut lier le compte à Steam, c’est pas clair du tout, les pages s’affichent une fois sur deux, le launcher ne se charge pas toujours en entier… Un peu galère mais voilà c’est fait ! C’est parti !

Ah non. Écran noir. Je kill le programme, le relance… Pareil. Après plusieurs tentatives et un reboot, je vais dans les fichiers du jeu et change la résolution et deux-trois conneries. C’est bon, ça se lance enfin, j’ai le menu ! Rejoignons les copains !

Je découvre que c’est un jeu de Psyonix, les développeurs de Rocket League que j’adore, ça veut dire que le multi va être rapide et bien foutu, ça fait plaisir. C’est le même système pour jouer ensemble, mon pote m’invite dans son groupe, j’accepte et… Rien. On n’est pas ensemble, et impossible de réinviter. On doit quitter tous les deux le jeu et recommencer. Ça ne fonctionne pas. On essaie plein de choses, c’est après avoir délié nos comptes puis liés à nouveau avec Steam, que ça passe enfin. YOUPI ON VA JOUER.

On choisi le mode de jeu, puis ça cherche un serveur, puis ça cherche un serveur, puis ça cherche un serveur, puis ça cherche un serveur, puis ça cherche un serveur… Plus d’une dizaine de minutes… On annule la recherche, on relance… Ah merde on est plus en groupe ! On relance le jeu, on se rejoint, on lance la partie… Au bout de cinq minutes, miracle, un serveur et des gens ! Bon, il manque encore du monde. On attend encore quelques longues minutes, on n’est plus à ça près. On n’y croit plus mais pourtant oui : la partie se lance !

C’est tout joli, les contrôles répondent bien, ça semble fun, on se fait grave éclater. :D C’est normal, on débute. Deuxième manche, pareil. Le serveur propose une autre partie : OK ! Sauf qu’il ne change rien aux équipes, aucun équilibrage, donc forcément, à nouveau on se fait démouler… D’ailleurs quelqu’un de notre team lâche vite l’affaire, donc le massacre se limite à une demi partie (tant mieux :D). On choppe un nouveau serveur, toujours autant d’attente, et malheureusement, toujours autant d’écart de niveau. On est pas censés jouer entre débutants ? Bref, malgré la découverte on se fait tellement défoncer la race qu’on ne s’amuse pas.

On quitte le jeu, on regarde l’heure : plus d’1h30 entre la fin de l’installation et maintenant. Donc plus d’1h30 pour deux parties et demi. Que de la frustration et c’est même pas à cause du jeu en lui-même… Il a l’air vraiment excellent. J’adore l’ambiance, les graphismes, animations… Tout est super propre. Super feeling, le gameplay est original… Crotte de zut !

J’ai envie de réessayer mais pas envie de galérer autant pour rien… On est les seuls à avoir autant de problèmes ?

2 réponses sur “Nosgoth : tu ne joueras point”

  1. Alors en effet, pour avoir testé depuis la bêta c’est vraiment très plaisant à jouer et il y a une réelle différence entre jouer humains et vampires (comme t’as sans doute pu t’en rendre compte). Cependant je t’accorde qu’il faut parfois prendre son mal en patience lors de l’attente de joueurs et je n’ai plus rejouer depuis un petit moment mais il me semblait bien qu’il y avait un mode deathmatch débutant, mais bon au tout début on est pas très bon même pour des joueurs de niveau faible. En tout cas je te conseille de tenter de poursuivre un peu l’expérience parce qu’on peut bien s’amuser (et les nouvelle « classes » peuvent se débloquer gratuitement juste en montant de niveau).

    1. Merci pour ton avis ! J’étais bien dans le matchmaking débutant… Mais je vais lui donner une seconde chance. :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *