Avr 19, 2016 - 1 Comments - Blog -

Pokkén : tabassez-les tous !

Quelques semaines après la réception de Pokkén Tournament, je pense y avoir joué suffisamment sur la longueur pour vous pondre un petit test en bonne et due forme. :) C’est parti !

Pokoi Pokkén ?

Comme expliqué précédemment, Pokkén c’est un jeu de baston, par les développeurs de Tekken, dans l’univers de Pokémon. Contrairement aux combats de la série originale, ici on dirige directement le Pokémon comme dans… Tekken. Mais pas tout à fait. Le gameplay est véritablement propre à ce titre, ça ne ressemble à aucun autre jeu de baston.

Sans rentrer dans trop de détails parce que ce serait aussi chiant pour moi à écrire, que chiant pour vous à lire : il y a deux modes de combat. À distance, où l’on peut se déplacer dans toutes les directions (en 3D), on va essayer de briser la garde de l’adversaire et créer un avantage. Puis en combat rapproché, où l’on passe en mode 2D (à la Street Fighter), là on se bastonne un peu plus sérieusement, on essaie de caler ses combos et de faire le plus mal possible. Les conditions pour passer de l’un à l’autre sont assez particulières, ça se déclenche selon certaines attaques, et selon les dégâts infligés. À noter que selon le mode, le palette de coups de notre Pokémon est différente.

Pour compléter tout ça, on a des jauges pour appeler un Pokémon de soutien ou bien déclencher la transformation puis le super pouvoir de notre Pokémon, et surtout un système de coup / contre / choppe qui ajoute pas mal de stratégie et de mind-game, en plus des principes de zoning et autres classiques de la bagarre virtuelle qu’offre notre civilisation avancée.

Et c’est bien ?

Ouais. C’est un vrai petit coup de cœur. Faut savoir que les premières parties sont super bordéliques : on passe de la 3D à la 2D sans trop comprendre pourquoi, les coups changent à chaque fois, font très mal, les rounds vont très très vite… C’est après quelques matchs, quand on a assimilé les bases, qu’on commence à s’amuser et entrevoir les possibilités. L’avantage aussi, c’est que les contrôles sont super accessibles : pas de quarts de cercle et autres commandes compliquées à la Street Fighter, chaque coup est lancé avec bouton + direction. On ne peut pas faire plus simple, et ça n’empêche pas les possibilités d’être nombreuses grâce aux variantes (coup lancé en l’air ou au sol, etc.) et à tous les combos disponibles. Ça évite aussi les « c’est la faute à la manette elle a pas prit en compte mon tak-tak-tak-kalopkek ».

On a d’ailleurs un mode entrainement ultra complet, avec tout ce qu’il faut pour bosser ses combos et ses approches de combat. Il y a aussi un tutorial plutôt bien foutu qui nous explique les bases.

Et ensuite ?

C’est là que le bas blesse. Les modes de jeux se comptent sur les doigts d’un pied. En solo, on a la partie entraînement, le VS basique, et ensuite une sorte de ligue (agrémentée d’une histoire bidon) où l’on bastonne les adversaires à la chaîne pour monter, monter, monter, et finir premier. Le souci, c’est que les combats sont vraiment nombreux et l’IA est vraiment très simple à battre, ça se corse seulement quand on arrive vers la fin… Donc on s’ennuie un peu du slip avant d’y arriver. Mais faut le faire : ça permet de débloquer tous les personnages, et ça fait office d’entraînement pour le gros morceau.

Le gros morceau, lui, c’est le multi. On a un multi local, chacun sur son écran. Rien à redire, bon ok le jeu passe en 30 FPS, mais ce n’est pas du tout gênant. Ensuite, le mode en ligne. Là, comme d’habitude, tout va dépendre de votre niveau. Mais je peux vous dire qu’en montant dans les grades ça se corse vite, et que si vous cherchez du challenge, vous en trouverez. Il y a tout de même un mode « pour le fun » qui permet de tester des choses sans peur de flinguer ses stats.

Quelques regrets ?

Vous l’avez compris mon avis est très positif, j’aime beaucoup ce jeu. Par contre je suis obligé d’exprimer quelques regrets. Tout d’abord, notre avatar moche qu’on personnalise en débloquant au compte-goutte des accessoires moches : pourquoi ne pas utiliser les miis ? En plus c’est vachement marrant de les customiser (cf. Tamadochi Life et Miitomo).

Aussi, le roster de combattants. 16 Pokémons, c’est un nombre correct pour un jeu de baston. Mais ils auraient pu mieux choisir ! On a deux fois Pikachu et Mewtoo (d’accord les coups sont différents, mais quand même…), et surtout Lugulabre. C’est un CHANDELIER. Sérieux, qui veut combattre avec un CHANDELIER ?! Le pire, c’est qu’il n’est pas dégueu à jouer… :D Les personnages sont d’ailleurs assez équilibrés car en ligne, on ne tombe pas toujours sur les mêmes en boucle.

Alors ?

Quoi ? Ça se voit que je n’ai pas grand-chose à reprocher à Pokkén ? J’avoue, un peu plus de contenu solo (défis…) serait bienvenue. Mais si vous avez des gens avec qui jouer régulièrement, ou qu’enchaîner les matchs online contre des inconnus vous plaît, alors vous n’allez pas vous ennuyer.

Je n’attendais pas grand-chose de ce Pokkén, ça ressemblait à un spin-off un peu bidon pour surfer sur le succès des Pokémon. Mais ils ont créé quelque chose d’unique, de fun, de JE VALIDE et vous le conseille sans problème si vous avez une WiiU, et aimeriez un jeu de baston frais, qui change de l’ordinaire.

One Response to Pokkén : tabassez-les tous !

  1. Booyah

    Merci pour le test, à voir si quelqu’un l’achète je squaterai chez lui mais pas envie d’y jouer.

    21 Avr 2016 - Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *